Les actus du COPS91

Pour le long week-end de Pentecôte, Nico le plus franc-comtois du COPS a participé aux 3 jours organisés par le club de O'Jura. Compte-rendu :

Motivé
Impossible pour moi de passer à côté de ce programme alléchant.

D'abord pour des raisons un peu personnelles, vu que j'ai grandi dans la région, à un âge où on aime explorer la nature et s'éloigner toujours plus loin de la maison avec les copains. Donc pour moi, il y aura toujours cet "appel de la forêt" jurassienne, cette attirance pour des paysages et des géologies bien typiques.

Ensuite pour des raisons culturelles, car au niveau gastronomie et visites il y a ce qu'il faut, qu'il fasse chaud ou froid, qu'il y ait grand soleil ou pluie.

Niveau logistique c'était vraiment malin : L'arena était dans l'enceinte d'un village vacances à Lamoura, établissement touristique ouvert qui avait des chambres disponibles et une restauration au point.

Enfin pour des raisons sportives, car les 3 courses étaient proposées au format de moyenne distance, idéal pour mon niveau en orientation et mon genou récalcitrant. Je ne voulais ni sprint ni LD !

 

Orientation de précision
Pas de besoin de compte-rendu poste par poste, ce serait un peu long et ennuyeux. Au final Les 3 cartes étaient vraiment très similaires. Les mêmes caractéristiques et pièges. Par miracle j'ai évité l'orage à quelques minutes prêt chaque jour, donc pas d'excuse côté météo !

La première course est un festival de boulettes et de jardinage. Après 6h de route et sans rigueur dans l'orientation, impossible de tomber pile sur les balises. J'étais + concentré sur les kilomètres avalés par mon genou, à attendre qu'il lâche. Alors que j'étais perdu, je croise une petite de 7/8 ans. Elle me suit du regard mais ne dit rien. En m'éloignant je l'entends sangloter, alors je reviens vers elle pour la rassurer, la faire patienter en attendant que quelqu'un passe pour nous recaler. Après quelques minutes une bonne âme arrive enfin, et alors que j'échange avec elle, voilà t'y pas que la gamine reprend sa course vers je sais pas où... Elle est toujours perdue, mais elle a retrouvé le moral... sacrés gamins !

La deuxième course, c'est la course où l'on se réveille frais le matin, on retient ce qui a marché la veille (pas grand chose en fait : demander de l'aide pour se recaler, le genou qui n'a pas laché) et on se dit "aujourd'hui ça va aller" : et bien non, toujours un festival de boulettes, toujours la même recette : des azimuts au doigt mouillé, des points d'attaque imaginaires, des approches sans point d'arrêt, un rapport terrain/carte pas permanent, l'échelle au 1/7500 toujours pas assimilée après 2 jours, la confiance excessive dans les chemins rares et irréguliers, la sous-utilisation des murs de pierres qui sont des main-courantes typiques des cartes montagneuses et bien mieux cartographiées que les chemins. Le résultat est sans appel, résultat encore moins bon que la première course.

Pour la troisième course, je décide de la faire en marchant si il faut mais je veux enfin prendre du plaisir. De la visite du musée de l'exploration polaire/Paul Emile Victor de la veille, j'en retiens une stratégie pour mon orientation : ne me déplacer que vers un élément proche que je suis sûr de trouver et reconnaitre, ne pas partir pour une longue traversée où le micro relief jurassien va me faire dévier et perturber mon allure. Cette troisième course ressemble enfin à de l'orientation de précision. En trottinant lentement voire en marchant, j'arrive à suivre les courbes de niveau, je longe au maximum les murs, je compte mes doubles pas, je n'emprunte plus abusivement les chemins (par contre je me sers d'intersections ou de coudes comme repères), je passe de clairières en clairières. Je vais très lentement, une jeune élite blessée et sanglotante me précède à chaque balise, mais au final, le classement est un peu meilleur que les jours précédents, et au niveau plaisir c'est une progression énorme !

 

Bilan
Ce que j'ai aimé :

- les départs en haut du plateau : on commence pas dans le rouge
- les arrivées en bas du plateau : on sort de forêt puis on déroule la foulée sur les denières balises, dans le pré, c'est grisant
- les murs de pierre
- les poches de neige dans les dépressions à l'ombre
- l'échelle au 1/7500
- l'organisation (y compris la rapidité des résultats)
- l'animation web (site, facebook, vidéos)
- l'absence de franciliens, la délégation suisse : ça fait du bien de se décentrer après le weekend CFC dans les Yvelines

Ce que j'ai pas aimé :
- le micro relief
- les barbelés

 

jura1

jura2

jura3

 

Résultats des 3 étapes :

 

Classement Copsien(ne) Temps Circuit
68/80 Nicolas CONSTANT 1:43:51 Violet Long

 

 

Classement Copsien(ne) Temps Circuit
85/94 Nicolas CONSTANT 1:27:23 Violet Long

 

 

Classement Copsien(ne) Temps Circuit
57/80 Nicolas CONSTANT 1:19:16 Violet Long

 

 

Vidéo de l'organisateur :

 

Plus de détails sur le site de l'organisateur

 

 

Le week-end 12 et 13 mai, c'était la reprise de la CO à VTT pour deux COPS'iens ! Aubéry et Hugo ont enfourché leur fidèle destrier à roues pour chercher les balises dans la forêt de Fontainbleau lors de deux courses nationales organisées par l'AS SAMOIS. Volontaires, mais pas téméraires, nos deux COPS'iens se sont inscrits sur les circuits courts. Récit de Hugo :

Le samedi après-midi, Aubéry s'élance donc sur son parcours de 6.4 km et 13 postes à trouver. Le début de la course se déroule bien, le réseau de chemin est assez dense dans cette forêt et le parcours est assez dirigé. Malheureusement, dans une descente un peu trop vite avalée, le chemin cherché est dépassé à toute allure. Quelques minutes de perdues le temps de s'en rendre compte et de remonter la pente ! Le reste de la course se déroule sans trop de difficultées. Son circuit est bouclé en 51'15, elle termine 14e de son circuit, et 3e sur 4 de sa catégorie D21C (à 3' de la première). Pour moi, le parcours est un peu plus long 10.6 km et 17 balises à pointer. Sur ce parcours, un peu plus de choix d'itinéraires s'offre aux coureurs. La course démarre plutôt bien, mais à la 5e balise, une branche tape dans la roue et le dérailleur se coince. La patte de dérailleur se tord puis se brise. Ce n'est que la troisième patte de dérailleur cassée en 2 ans ! Je perds quelques minutes pour réparer mon vélo avec une patte de dérailleur de secours. La fin du circuit se déroule plus tranquillement, calmé par la casse. Au final, la course est terminée en 56'23, 30e du circuit et également 3e sur 4 dans la catégorie H21C à une minute du premier….

Dimanche, la pluie était prévue, mais la météo a été plutôt clémente. Cette course avait la particularité d'être en mass start pour les circuits A, B, C et D. Aubéry, inscrites sur le circuit E est partie normalement, pour 9.4 km et 15 postes. Un peu plus de choix d'itinéraires que la veille, mais quasiment aucun dénivelé, l'objectif est donné : appuyer sur les pédales ! Une petite erreur d'orientation à la sixième balise et à la onze, lui coûte quelques secondes, mais le chrono final est très bon : 43'35 et 3e sur 4 de la catégorie à 2' de la première. Je suis placé sur la première ligne de ma mass start et quand le départ est donné on entend la meute des cyclistes dans le dos. Les premières balises passent et rapidement Je me retrouve avec nos amis de l'ASCO. L'objectif est simple : finir devant eux ! La course se déroule sans casse et sans trop de difficultés, les kilomètres et le dénivelé sont avalés. Avec les erreurs des autres concurrents, l'objectif est atteint et la course est bouclée en 57'16 et je termine premier sur 3 dans la catégorie H21C (et l'objectif a été atteint !).

Un super week-end de VTT en forêt de Fontainebleau, pas de difficultés majeures sur les circuits courts, météo clémente et plaisir maximum !

 

vtt2

vtt1

 

Résultats de la MD du samedi :

Classement Copsien(ne) Temps Catégories
3/4 Aubéry WISSOCQ 51:15 D21+ Court
3/4 Hugo JAEGLER 56:23 H21+ Court

 

Résultats de la LD du dimanche : 

Classement Copsien(ne) Temps Catégories
1/3 Hugo JAEGLER 57:16 H21+ Court
3/4 Aubéry WISSOCQ 43:35 D21+ Court

 

Plus de résultats sur le site de l'organisateur

 

Après quelques courses en forêt, retour à un format plus urbain en ce début mai. Le COPS était en déplacement pour une série de petits sprints. Récit de Kloug :

PODIUM : Non ce n'est pas le titre du journal de Claude François. C'est un vrai podium !
Ca n’arrive pas tous les jours pour le COPS 91.
C'est même une victoire pour le COPS 91.

Victoire d’Aubéry lors de l’épreuve multisprint à Gretz Armainvilliers en ce beau dimanche 6 mai.

Hugo et Aubéry ont d’ailleurs tout de suite mis un petit article sur Face de Bouc.

Cinq poulettos avaient fait le déplacement en Seine et Marne, pas très loin d’Ozoir-le-Ferrière et de Tournan en Brie. Souvenir du Brie O’Tour de 2012.

EquipeGretz
Hugo, Aubéry, Marie-Pierre, Nathalie et Marco.

Nous avions déjà expérimenté ce format l’an dernier à Chennevières. C’est en fait de l’orientation de précision. Cela peut s’avérer extrêmement utile sur des sprints ou des relais, avec des postes très proches les uns des autres.
A noter une très bonne et très sympathique organisation de l'AS IGN.

Trois circuits qualificatifs pour les finales : A pour les 6 meilleurs de chaque catégories (dames et hommes – jeunes et adultes) et B pour les autres participants.

Quelques difficultés à entrer dans la carte. Autant vous dire qu’avec une échelle au 1/1500 ème (1 cm = 15 mètres) cela va très très vite. J’ai de mon côté parfois plus marché que couru. Mais je ne suis pas tout seul.

A l’arrivée de la finale c’est une Aubé toute dépitée qui nous attendait : »Oh ben j’ai raté un papillon et je suis passé de la 21 à la 25 ». Donc c’est raté. Elle nous la faisait modeste. Et nous qui la plaignions....
Et au moment de la promulgation des résultats : première !!! Wouah !


Podium
Première place pour Aubéry


stars
Nathalie qui tenait absolument être prise en photo avec la championne du jour, etait fière comme Artaban (ou comme un bar-tabac comme disait Coluche).

Les résultats :

Circuit A
17/32 :     Aubéry WISSOCQ                14:48
29/32 :     Marie-Pierre GERARDIN        23:00
32/32 :     Nathalie DANDEL                 45:12

36/48 :     Hugo JAEGLER                    14:52
40/48 :     Marc AMMERICH                  16:22

Circuit B
7/34 :        Aubéry WISSOCQ                11:31
25/34 :     Marie-Pierre GERARDIN        18:46
30/34 :     Nathalie DANDEL                  24:37

8/47 :        Hugo JAEGLER                    8:27
36/47 :     Marc AMMERICH                  15:36

Circuit C
1/36 :        Aubéry WISSOCQ                6:52
19/36 :     Marie-Pierre GERARDIN        19:38
36/36 :     Nathalie DANDEL                  32:04

7/49 :        Hugo JAEGLER                    7:51
30/49 :     Marc AMMERICH                 12:09

Finale A
1/6 :       Aubéry WISSOCQ             14:47

Finale B toutes catégories confondues
26/92 :     Hugo JAEGLER                     16:42
52/92 :     Marc AMMERICH                   20:27
77/92 :     Marie-Pierre GERARDIN          28:51
8/92 :     Nathalie DANDEL                   40:40

Il faut noter que la seule personne du club a n’avoir manqué aucun poste, ni en avoir pointé en plus c’est Nathalie. 0 fautes sur tous les circuits.

Et on reprend le petit plagiat en coeur : Le dimanche au soleil, c'est une chose que dont se lass'ra jamais.....

Kloug François

 

Résultats des qualifications (3 courses chacun) :

Classement  Copsien(ne)  Temps  Manche 
1/36 Aubéry WISSOCQ 06:52  Dames C
7/49 Hugo JAEGLER 07:51  Hommes C
7/34 Aubéry WISSOCQ 11:31 Dames B
8/47 Hugo JAEGLER 08:27 Hommes B
17/32 Aubéry WISSOCQ 14:48 Dames A
22/36 Marie-Pierre GERARDIN 19:38 Dames C
25/34 Marie-Pierre GERARDIN 18:46 Dames B
29/32 Marie-Pierre GERARDIN 23:00 Dames A
30/49 Marc AMMERICH 12:09 Hommes C
30/34 Nathalie DANDEL 24:08 Dames B
32/32 Nathalie DANDEL 45:12 Dames A
36/48 Hugo JAEGLER 14:52 Hommes A
36/47 Marc AMMERICH 15:36 Hommes B
36/36 Nathalie DANDEL 32:04 Dames C
40/48 Marc AMMERICH 16:22 Hommes A

 

Résultats de la finale B :

Classement Copsien(ne) Temps Circuit 
26/92 Hugo JAEGLER 16:42 Finale B
52/92 Marc AMMERICH 20:27 Finale B
77/92 Marie-Pierre GERARDIN 28:51 Finale B
88/92 Nathalie DANDEL 40:40 Finale B

 

Résultats de la finale A : 

Classement Copsien(ne) Temps Circuit
1/6 Aubéry WISSOCQ 14:47 Finale A

 

Plus de détails sur le site de l'organisateur

 

 

Ce dernier week-end d'avril, 3 COPSiens ont fait le déplacement chez nos voisins du Loiret pour deux courses. Récit par Hugo :

Au programme une MD le samedi aprem et une LD le dimanche matin. Marie-Pierre, Aubéry et moi-même avons découvert de magnifique terrain dans des conditions pas toujours facile.

Samedi, le rendez-vous était donné dans le camp d'entraînement du 12e régiment des cuirassiers dans la forêt à coté d'Orléans. La course débutait normalement dans la forêt, avec tout de même quelques trous, quelques tours d'affûts pour se cacher et même quelques palissades d'escalade type parcours du combattant au milieu de la forêt. La course se terminait dans le champ de manoeuvres des chars avec de la boue, des trous, des buttes et des grosses traces de chenilles casse-chevilles. Côté orientation, la course était un peu longue (6.5 km, 25 postes) pour le parcours violet sur lequel Aubéry et moi avons couru et sur le parcours orange de Marie-Pierre (4.5 km, 19 postes). Côté résultats, Aubéry se classe 43e et moi 14e sur 50 sur le circuit violet, tandis que Marie-Pierre finit 6e de son circuit sur 8 après plus de deux heures d'efforts !

md1

md2

 

Si la pluie nous avait épargné la veille, il pleut à verse ce dimanche matin quand les COPS'iens arrivent au belvédère des Caillettes à Nibelle. La course s'annonce longue et usante dans les esprits des coureurs et sur l'annonce de course : Marie-Pierre part pour 7.1 km et 14 postes, Aubéry s'élance pour 8.5 km et 16 postes, enfin je courus sur 12.4 km et 24 postes. Mais ça c'est sur l'annonce de course. La pluie, le froid, les blessures et la difficulté auront raison de 2/3 des COPS'iens qui abandonneront après quelques balises. Je m'obstine dans ces conditions difficiles et ferai plus de 15 km au GPS en 1h53. Mais j'aurai eu raison de m'accrocher car à l'annonce des résultats, c'est la première place (sur 3) dans la catégorie H21E. En résumé, des courses difficiles et longues, mais beaucoup de plaisir ! Peut-être qu'un jour on arrivera à faire une course dans le Loiret sous le soleil !

ld1

 

Résultats de la MD

Classement Copsien(ne)  Temps Circuit 
6/8 Marie-Pierre GERARDIN 2:08:10 Orange
16/50 Hugo JAEGLER  1:03:47  Violet
43/50 Aubéry WISSOCQ 1:36:25 Violet

 

Résultats de la LD

Classement Copsien(ne) Temps Circuit
4/12 Hugo JAEGLER  1:53:18 A
PM Aubéry WISSOCQ - B
PM Marie-Pierre GERARDIN - C

 

 

Après l’organisation du samedi avec le championnat de France moyenne distance, le COPS 91 avait quand même réussi à aligner deux équipes pour le trophée Thierry Gueorgiou. Récit de la journée par Kloug, premier relayeur de son équipe : 

 

Pas d’équipe pour la nationale 4, car il nous manque toujours un moins de 18 ans pour concourir efficacement.

Comme on n'aime pas les équipes une, les équipes deux au Cops... on a cherché un surnom à nos 2 équipes du jour. Ben nous n’avons pas trouvé. Alors nous sommes restés avec A et B.
listeDepartCops

Des piques ont été lancés sur face de bouc pour déstabiliser certaines et certains.
Nicolas Constant : 

à mon avis c'est l'équipe qui s'est bien entrainée en ce samedi matin 7 avril qui va gagner.

C’est malin….
Finalement notre équipe a du faire appel à un remplaçant, Nathalie s'étant blessée le dimanche 8 lors du championnat longue distance. C’est El présidente qui allait être notre joker de luxe.

Le lieu était sublime. Le château de Neuville :
chateauNeuville

 

Notre grande photographe, Brigitte a fait cette fois des vidéos (à voir sur face de bouc). Et c’est Nico qui a fait les photos.

Très belle organisation, là aussi, de la part du GO78.

Au départ du trophée, Hélène et moi retournons à l’école. Nous sommes entourés de petits bouts de choux, qui vont d'ailleurs nous passer dessus.
départ

 

Vous allez voir les relayeurs dans l’ordre de passage. Dès le départ, je sais que je suis cramé par toute l’activité de la veille. Pas de jambes.
Une erreur de 10 minutes à la deux me perturbe. Nous serons plusieurs à dire que la carte ne correspondait pas au terrain. Hélène va y laisser quelques minutes de plus. C’est donc Marco qui passe le premier à la balise spectacle. Quand je vois la vidéo de Brigitte, je me traîne de manière « tracteur poussif » !!
MarcohelenSpe

 

Même passage à l’arrivée, après avoir recalé quelques poussins en perdition :
MarcohelenArr

Alors on souffre marco ? Ah que oui alors. Bilan : 30 minutes sur un circuit de 20 facile.. Bon !


Aubéry s’élance avant Fred
AubeFredDep

 

Mais Fred est notre cartographe. Et sans boussole, il peut tout à fait être performant. Il va rattraper Aubé et passer avec 15 minutes d’avance à la balise spectacle. Faut dire qu’Aubé est restée 25 minutes à chercher sa balise 2.
AubeFredSpe

 

Visiblement il fallait être cartographe pour comprendre le terrain et la représentation sur la carte. Les mêmes à l’arrivée :
AubeFredArr

 

Et Alain va donc s’élancer presque 20 minutes avant Michel. Mais à la spectacle de nouveau une inversion dans l’ordre de passage des poulets.
MichAlainSpe

 

Michel à l’arrivée
MichArr

 

Hugo s’élance loin devant Nicolas et va même accroître l’écart. Nos deux garçons pris par Brigitte en vidéo (avec arrêt sur images) :
HugoNicoSpe

 

Nico à l’arrivée, avec une équipe du NOSE devant lui :
NicoArr

Au bilan dressé par Nico sur le forum cops 91 de facebook :

Equipe A : 33ème, avec Hugo Jaegler qui fait le 2ème temps du 4ème relais, ce qui lui permet de remonter 48 places. Aubéry avait pourtant répondu à toutes mes attentes en terminant 122e de son relais et en mettant l'équipe A à la 109e place... Au premier passage elle était aux alentours de la 80ème place.

Equipe B : 91ème. Superbe remontée de Frédéric Fischer de la 120ème à la 66ème place, puis petite remontée de moi-même de la 116ème à la 91ème. 91 c'est bien, c'est comme le département de l’Essonne, c'est facile à retenir, je ne voulais pas remonter plus haut dans le classement.

Réponse de Hugo à Nicolas :

Désolé d'avoir fait échouer tes plans, ton intimidation n'a pas fonctionné sur moi.

 

Nos 2 équipes, ici mélangées, rentrées sans PM (poste manquant) et qui ont assuré le suspense jusqu'à l'entrée en lice du golden sub (remplaçant en or, alias El présidente) !
equipeAetB

 

Klouggy Tracteur

 

Résultats du Trophée Thierry Gueorgiou (relais à 4) :

Classement Copsien(ne) Temps Individuel Temps Cumulé 
33/159 Marc AMMERICH
Aubéry WISSOCQ
Michel EDIAR
Hugo JAEGLER
30:43
54:47
24:45
37:59
30:43
1:25:30
1:50:15
2:28:14
91/159 Hélène EDIAR
Frédéric FISCHER
Alain CARLIER
Nicolas CONSTANT
34:39
35:03
1:04:53
50:56
34:39
1:09:42
2:14:35
3:05:31

 

graphique

 

Plus de résultats sur le site de l'organisateur

 

 

Autre date importante de cette fin avril : notre co-organisation du Championnat de France 2018 de Moyenne Distance. Kloug nous raconte sa journée à l'atelier Départ :

 

C'était la première co organisation de l’année 2018 avec les clubs de l’AS IGN, du RO Paris et du GO78.
Avec un cadre digne des rois (de la CO) puisque créé par Louis XIV : les étangs de Hollande.

Etang n

 

Toute cette eau allait à Versailles pour alimenter les fontaines. Pour donner un chiffre, il y a une déclivité de 24 cm par kilomètre.


Et pour illustrer tout ce réseau, voici un plan réalisé par le syndicat mixte d'aménagement et de gestion des étangs et rigoles, notre partenaire :

yv fdt 3 plan smager
Versailles est en haut et à droite de la carte.


Louis XIV ayant la folie des grandeurs avait même voulu détourner l'Eure ! Les adeptes du raid28 se souviennent de l'acqueduc de Maintenon, destiné à cette fonction. Et ci-dessous une carte plus ancienne comprenant notre bon plateau de Saclay. Pour les promeneurs, vous avez de très belles bornes avec les armoiries royales autour de Saclay.

rigolesVersailles

 

 

Revenons à ce championnat de France, avec des petits décors louiquatorzième pour notre atelier :

roisoleil

 

COPS 91 avait en charge les ateliers départ 1 et arrivée. Plus notre Nico qui s’est retrouvé esseulé à un poste de contrôle de route. On comprend qu’il n’ait guère apprécié sa journée. On mettra un mot là-dessus. J’aurai été pareil.

Quelques-uns d’entre nous étaient affectés à la pose des balises. Les premiers sont arrivés à 7 heures. Démarrage pour monter l’aréna pour l’arrivée.
Puis les poulettos sont arrivés au fur et à mesure. Pour les poseurs briefing auprès du traceur, alias El présidente !

Poseurs

Moi j’avais gagné le jalonné et 4 balises.

Concernant ce point j’avais trouvé lors de la reco que la carte ne correspondait pas au terrain et que le poste 1 en particulier n’était pas dans l’axe du fossé.
Le contrôleur des circuits, Bruno MARCHEGAY, a d’ailleurs rectifié avec Michel le jalonnement et la pose de cette première balise. Ils ont aussi enlevé la 4.
C’est là où les poseurs ont eu le plaisir de servir de petit déjeuner aux moustiques. Le beau temps les avait fait sortir en myriades. Ouille ! Aie ! Ouhlala !

Retour vers 9 h 30 et l’équipe de l’atelier, qui avait déchargé la voiture pour amener le matériel sur la digue, commence le montage.
Je tiens à féliciter les membres de mon atelier départ qui ont fait preuve du plus grand sérieux dans la bonne humeur.

Atelier1 1

Atelier1 2

Ce n’était rien de trop ! Le barnum, les tables, le banc, les cartes, les définitions, toute la signalétique, les horloges, tout était prêt à 11 h 40 pour un départ à midi ! Quel timming ! Dans l’équipe nous avons réparti les postes :

Fred était l’aboyeur en chef pour les heures de départ.

Fred

 

Alixe et Nathalie s’occupaient du pointage des concurrentes et concurrents.

NathalieAlixeBruno

 

Dans l’atelier départ 1 nous avions les jeunes (moins de 17 ans), les plus âgés (dames au-dessus de 55 et messieurs au-dessus de 65).
Marie-Pierre allait gérer les circuits initiations et le jalonné justement.

Je m’occupais de la distribution des définitions en orientant les participants sur leurs boîtes puis caisses de cartes.

Atelier1 4

 

Hugo et Nicolas Cochet étaient à la préparation des cartes.

Atelier1 5

 

Démarrage 12 h avec les sélectionnés du championnat de France ! Attention c’est du sérieux. Nous avons eu des concurrents jusqu’à 14 h 10.
Dans l’ensemble tout le monde a été très agréable

Deux points quand même à signaler venant de la part des concurrents.
Deux grincheux chez les vieux (et vieille aussi) qui participaient au championnat du monde de leur rue, voire de leur escalier d'immeuble. Il ne faudrait pas qu’ils oublient que ce n’est que du sport et qu’un titre à leur âge, ne leur servira guère. Dans 10 ans on ne s’en souviendra même pas. Désolé d’être un peu vindicatif, mais il faut remettre les choses dans de justes proportions.

Et certains ados qui ont quand même du mal à dire : Bonjour !
La concentration n'excuse pas l’impolitesse.
Là aussi il faut que les choses soient dites (que ça plaise ou pas).
Et ayant la détestable habitude de ne pas utiliser la langue de bois, c'est comme ça.

Ce qui nous a permis d’avoir une pose jusqu’à 15 h démarrage de la régionale.
Il y en a un d’ailleurs qui a joué le dormeur du Val :

hugodormeurVal

Je ne résiste pas au plaisir de mettre les vers de Rimbaud en les changeant un peu, notamment pour la fin du poème.

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un coureur jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les pâquerettes, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant heureux, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il est bien.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille.

Quelques petites modifications dans l’équipe avec une demoiselle du RO Paris à la place de Nicolas Cochet et nous entamions la fin avec des concurrents jusqu’à 17 h 40.

Le délégué qui est venu nous voir notamment pour la partie championnat de France, Bruno MERCIER, nous a remerciés d'avoir eu un atelier agréable à gérer. Que tout s’était très bien passé et que nous avions été pros.
Ça fait toujours plaisir.

Brigitte a fait un petit mot pour l’atelier arrivée :
En effet très beau weekend, dont aurait préféré ne pas le partager avec les moustiques (non compétiteurs, mais présent en masse, et très consommateur de "nourriture humaine").
Je tiens aussi à remercier les personnes tous clubs confondus, qui ont galéré pour approvisionner le stand en eau le samedi. Sans eux nous aurions fait beaucoup de mécontents.

Après une petite réunion du bureau du club après cette course, il était évident qu’il y a eu de gros problèmes d’approvisionnement en eau.

Encore ma détestable habitude de dire les choses.
Il a fallu en particulier à Hélène et Aubéry des trésors d’imagination et de petits bras musclés pour aller chercher de l’eau à deux kilomètres de là, avec l'aide de Nicolas Cochet qui passait par là. A noter aussi qu’un grand gaillard de RO Paris a joué des jambes et des bras, avec un diable pour seul moyen de transport, pour aller chercher l’eau.

Et Nicolas n’était pas trop ravi non plus sur concernant la gestion des signaleurs par ROP/AS IGN.
Il a aussi remarqué que des coureurs d’un club organisateur ont couru en open.

J’ajoute qu’ils auraient été très utiles à l’atelier arrivée.

Kloug de France